Parfois la lumière fait défaut.
Les sentiments primitifs, indicibles s'expriment dans ma peinture par des couleurs charnelles et terriennes. De la matière aussi. C'est une approche physique.
La mort se retrouve aussi dans mes histoires où elle incarne souvent un personnage à part ( lire la nouvelle: "rester jeune jusqu'à la mort" dans le recueil des Mots Migrateurs " De temps en temps...") .
L'ouragan passé, je peux à nouveau dessiner pour oublier et vivre pleinement.

Commentaires

arielle a dit…
couleurs sanguinolantes en parfaite harmonie avec le corps et la matière...
bonne journée !

Articles les plus consultés

Enfant rêveur, Paysage bis et Paysages: quand le hasard fait bien les choses...

"Vivre libre" et " La faucheuse" sont vendues!

Respect des artistes à Vauréal