Programme âme - Nouvelle d'Annick Chenu - 1ère partie

Jules est intrigué. Cela fait bien une heure que son collègue Bob s’acharne sur son ordinateur. D’ordinaire le garçon prend le temps de boire un café et de bavarder avec lui mais, ce matin Bob s’est jeté sur son clavier en arrivant. 
Quand il se prend la tête dans les mains en gémissant, Jules lui demande :
-ça va ? Tu travailles sur quoi ? C’est urgent ?
Bob lève un regard désespéré sur le « vieux » Jules.
Comment lui expliquer qu’il doit insérer un ordre dans le système informatique pour sauver la planète. Ordre exigé par un humanoïde manchot qui lui a rendu visite la veille au soir ?
Est-ce urgent de demander aux ordinateurs de sauver l’âme de l’humanité ?
Est-ce que Jules peut l’aider sur ce coup là ?
En secouant la tête il se replonge dans la résolution de ce problème : après tout il est de loin le meilleur au monde dans ce domaine.
Et s’il ne fait qu’une chose de bien dans sa vie, cela pourrait bien être ce programme…

Deux-cent-cinquante ans plus tard.
L’antique horloge carillonne dix-huit dongs sonores et métalliques. Adam lève les yeux de son écran et s’étire. Puis il se dresse douloureusement. En passant devant le miroir ses yeux notent bien malgré lui son allure de momie de plus en plus marquée. Eve, les pupilles dilatées par les heures passées sur son ordinateur, le rejoint dans l’entrée de leur appartement. Les deux vieillards s’aident mutuellement à enfiler leurs combinaisons.  Ils accordent un soin particulier à la fermeture de leur scaphandre. Les respirateurs se mettent en route automatiquement.
Ils sortent dans le couloir de l’immense complexe dans lequel ils ont emménagé deux ans auparavant. D’une démarche lente et lourde ils s’engagent dans le couloir gris. Des fléchages de différentes couleurs zèbrent le sol. Ils suivent le rouge qui mène vers la surface, vers l’extérieur.
Le silence les entoure.
Adam se remémore le jour où un message s’est inscrit sur le forum du site de cinéma qu’il visitait tous les jours. Eve, l’unique autre survivante du genre humain, est une passionnée de films anciens comme lui. Ils ont décidé d’unir leurs vies. Mais ils sont les derniers et l’humanité s’éteindra avec eux. De toute façon il ne faut pas compter sur eux pour repeupler la Terre quand bien même ils seraient en âge de le faire. Qui voudrait donner la vie dans ce monde ?
Au moment de faire un choix, des hommes de pouvoir avaient décidé que la science viendrait à bout de tous les problèmes. Cette vision de l’avenir les avait amenés à vivre sous des dômes de verre fumé filtrant les ultra-violets.
De gigantesques usines retraitent l’eau et l’air pollués. Ils trouvent leur nourriture dans des « épiceries ». Adam rit. Il a vu dans les archives ce qu’étaient les épiceries d’autrefois : aliments emballés dans des boîtes de couleurs variées, des légumes, de la viande ! Il passe la langue sur ses lèvres. Maintenant il s’agit plus de stations services. On remplit un gobelet d’une mixture appelée PLS : protéine-lipide-sucre. Un verre suffit. Les besoins vitaux sont satisfaits. Mais il faut bien plus à l’humanité pour survivre.
Eve lui touche l’épaule : ils sont arrivés à l’ascenseur. Elle lui sourit et tapote son hublot.
-Encore perdu dans le passé ? Sa voix douce murmure dans ses écouteurs.
-Pas toi ? Il essaye de parler doucement : il sait sa voix rocailleuse. Ils ne parlent plus très souvent maintenant. Mais Eve chante et cet exercice maintient ses cordes vocales en état.
- Non. Je pense à l’avenir. Où sont-ils tous? Nous allons les rejoindre bientôt tu sais. Je le sens. Ce n’est plus qu’une question de jours.
Adam ne répond rien. C’est leur espoir. Retrouver tout le monde dans une autre vie. Mais comme ils n’en sont pas certains, ils occupent leurs journées assidument.

En attendant. (à suivre…)

Commentaires

Articles les plus consultés

Enfant rêveur, Paysage bis et Paysages: quand le hasard fait bien les choses...

"Vivre libre" et " La faucheuse" sont vendues!

Rouge à lèvres et création...