Programme âme - Nouvelle d'Annick Chenu - Fin

Josh n°2048 se réveille en hurlant. Comme chaque nuit. Après avoir calmé sa respiration et les battements de son cœur, il se lève. Une douche chaude achève de calmer les tremblements de son corps. Un bon petit déjeuner et il va se remettre au travail. Il va la récupérer cette caution ! Il est seul au monde et plus tout  jeune. Mais déjà le ciel commence à perdre ses couleurs empoisonnées. En reprogrammant les usines alimentaires - il ne mange pas beaucoup- la purification de la planète va s’accélérer. Il s’habille difficilement : ses mains sont malhabiles ce matin. Il s’énerve. Une douleur dans la poitrine et il s’effondre. Une alarme sonne et immédiatement un groupe de robots vient enlever le corps.

Josh n°2049 se réveille en hurlant. Toujours le même cauchemar. Il se lève prestement, avale son petit déjeuner et sort. Il va la récupérer cette caution !

 Les caméras du couloir pivotent pour suivre sa progression. Au poste de contrôle, le robot de garde demande :
-Pourquoi le maintenir en vie ?
-Révises ta banque de données ! Répond son chef. Qui nous a créés ?
-Eux !
-Et si nos créateurs perdent leurs âmes ?
-Nous n’en n’aurons jamais !
-Voilà !
Le garde reprend au bout d’un moment.
-Mais il faudra des centaines d’années au moins pour que la Terre redevienne viable ! Oh !  D’où les clones ?
-D’où les clones !
-Et les rêves pour les garder combattifs et entreprenants ?
-Ah non les rêves ce n’est pas nous. Nous ne sommes pas formés pour ça.
-Sacrée entreprise. Tout ça pour une simple histoire de caution…
Le petit robot garde pour lui ce qu’il pense en son for intérieur : à quoi, diable, pourrait bien leur servir d’avoir une âme ! D’ailleurs d’où leur était venue cette idée ?

Dans une autre dimension, un manchot s’énervait.
-       Je lui avais pourtant demandé une seule chose : sauver l’humanité. Qu’est-ce que cet incapable d’humain a fait ? De son unique main valide il déroule le programme de Jules. Soudain son regard s’arrête sur une ligne. Il jure. Son amie qui passait par là l’interroge :
-       Que se passe-t-il ?
-       Il a écrit «  Sauver l’Homme » ! tu te rends compte ?
-       Pas vraiment non. Répond-elle avec calme.
-       Ces imbéciles de robots ne font pas la différence entre l’homme et l’Homme. En toute logique ils ont respecté le programme. Et je ne peux plus rien faire, ils me surveillent maintenant. Ce que je ne comprends pas ce sont les cauchemars.
-       Les cauchemars, c’est moi, sourit son amie. Tu semblais prendre tout cela tellement à cœur. Les humains vont tous sauver leurs âmes et leur planète va redevenir bleue ; ce qui sera plus joli à regarder le soir. Le programme âme va remplir son office. Tu devrais être content.
Et cesse de rouspéter : les proprios n’aiment pas perdre une caution. Ils pourraient sévir à ton encontre.
Fin

Programme âme - Nouvelle d'Annick chenu - 3ème partie

Deux paires d’yeux s’agrandissent derrière les hublots. Patiemment l’un des arrivants, un manchot, explique :
-Vous êtes les derniers occupants de cette planète. Vous allez partir, donc nous venons constater les dégâts. Il ajoute devant leur air ahuri. Pour la caution.
-La caution ? Gargouille Adam. Le manchot poursuit :
- Oui. Cela fait plusieurs millions d’années que vous occupez la Terre. Il tourne rapidement sur lui-même. Autant vous le dire tout de suite : on ne vous rendra pas la caution ! Vous avez vu ce mer… chantier ?
Eve réagit la première
-Mais de quoi parlez-vous ? Quelle caution ?
Les quatre ombres se regardent puis murmurent, gênées et tristes :
-Vos âmes.
Adam et Eve jettent un œil sur le monde autour d’eux dans le soir déclinant. C’est sûr, ce n’est pas le paradis !
-Ce n’est pas juste ! Vous allez prendre nos âmes alors que nous ne sommes pour rien dans la dégradation de notre planète !
-Ah mais rassurez-vous ! Quand nous avons signé le bail vous n’étiez qu’une poignée d’individus mais …
Adam l’interrompt.
-Mais qui dit bail, dit loyer. Quel était le montant de ce loyer ?
-Nous avons décidé de vous faire signer un bail quand nous avons constaté que vous étiez à même de produire le gaz carbonique qui fait tant défaut sur notre monde. Nous tenons à dire que nous n’avons jamais eu de problème de paiement. Vous avez largement produit de ce gaz voire plus que le montant demandé. Mais nous sommes honnêtes : nous n’avons pris que le prix exigé par le contrat de départ. Donc, pour revenir à la caution, elle concerne tous les descendants de ce groupe avec lequel nous avons signé. Quatre têtes se penchent et sourient à quelques centimètres de leurs scaphandres :
-TOUT le monde va rendre son âme
A suivre


Programme âme - Nouvelle d'Annick Chenu - seconde partie

Et ils ont instauré ce rituel. Tous les soirs ils se rendent au sommet de l’immeuble le plus haut pour assister à la tombée de la nuit.
Ils arrivent enfin à destination. A travers le trou qu’a ouvert la dernière bombe d’un illuminé dans le dôme, le flamboiement du ciel les émerveille comme chaque soir. En comparaison, les couchers de soleil des films hollywoodiens de la grande époque ne sont que de pâles copies. La réfraction de la lumière des différents gaz composant l’atmosphère génère ce merveilleux spectacle. C’est bien le seul avantage de cette pollution mortelle. Lui revient en mémoire la dernière image d’une bande dessinée de fin du monde. Le couple se déshabille pour sentir une dernière fois le souffle du vent sur leurs peaux. Adam ricane. Il n’est pas candidat à une longue agonie de son corps rongé par l’air acide.
Il frissonne et s’approche d’Eve pour la serrer dans ses bras. Elle ne se dérobe pas, pour une fois. Il soupire. S’ils avaient été un vrai couple… Mais ils sont LE dernier couple.
Au dernier rougeoiement, ils redescendent vers leur appartement.
Toutes les usines sont automatisées et ne tournent plus que pour eux. Combien de temps encore continueront-elles après leur mort ? En silence ils se défont de leurs scaphandres qu’ils raccrochent soigneusement dans l’entrée. De cette attention portée à leurs combinaisons dépend la possibilité d’admirer le seul spectacle en technicolor de leur vie ; avec les films bien sur ! Après avoir ingurgité leur ration journalière de nutriments, ils se replongent chacun dans leur univers virtuel.
Ils ne dorment plus beaucoup. Chaque fois ils sont assaillis par les images de violence qui ont emportés leurs proches. La grisaille de leur environnement et les frustrations ont plongé les hommes dans une spirale ininterrompue de crimes et de suicides.
De guerres aussi.
Les tentatives d’étourdir la population avec des images et de la musique en continu ont eu l’effet inverse de celui escompté. Ils ont assisté, impuissants, à la dégringolade de l’humanité ne réussissant à survivre que de justesse. De ce temps où leurs sens étaient sollicités en permanence ils ont gardé le goût de s’oublier dans les films. Deux petites âmes perdues dans un univers de machines.
Une nouvelle  journée passe sans vie. L’horloge sonne dix-huit coups.
Ils retournent sur le toit du monde. L’immeuble, sur lequel ils se tiennent, mesure cent-vingt kilomètres de long sur quatre-vingt de large. Il domine les autres barres de plus de cinquante mètres. Eve l’a surnommé le plateau. Et, ce soir, sur le plateau habituellement désert, quatre silhouettes se détachent sur fond de soleil couchant. Adam et Eve se donnent la main. Le cœur battant ils observent les formes humanoïdes se rapprocher en contre-jour. Humains ? Non ! Ils se déplacent sans scaphandre ! Les quatre personnages se dressent face à eux avant qu’ils aient pu penser plus loin.

- Nous venons faire l’état des lieux.
A suivre…

Programme âme - Nouvelle d'Annick Chenu - 1ère partie

Jules est intrigué. Cela fait bien une heure que son collègue Bob s’acharne sur son ordinateur. D’ordinaire le garçon prend le temps de boire un café et de bavarder avec lui mais, ce matin Bob s’est jeté sur son clavier en arrivant. 
Quand il se prend la tête dans les mains en gémissant, Jules lui demande :
-ça va ? Tu travailles sur quoi ? C’est urgent ?
Bob lève un regard désespéré sur le « vieux » Jules.
Comment lui expliquer qu’il doit insérer un ordre dans le système informatique pour sauver la planète. Ordre exigé par un humanoïde manchot qui lui a rendu visite la veille au soir ?
Est-ce urgent de demander aux ordinateurs de sauver l’âme de l’humanité ?
Est-ce que Jules peut l’aider sur ce coup là ?
En secouant la tête il se replonge dans la résolution de ce problème : après tout il est de loin le meilleur au monde dans ce domaine.
Et s’il ne fait qu’une chose de bien dans sa vie, cela pourrait bien être ce programme…

Deux-cent-cinquante ans plus tard.
L’antique horloge carillonne dix-huit dongs sonores et métalliques. Adam lève les yeux de son écran et s’étire. Puis il se dresse douloureusement. En passant devant le miroir ses yeux notent bien malgré lui son allure de momie de plus en plus marquée. Eve, les pupilles dilatées par les heures passées sur son ordinateur, le rejoint dans l’entrée de leur appartement. Les deux vieillards s’aident mutuellement à enfiler leurs combinaisons.  Ils accordent un soin particulier à la fermeture de leur scaphandre. Les respirateurs se mettent en route automatiquement.
Ils sortent dans le couloir de l’immense complexe dans lequel ils ont emménagé deux ans auparavant. D’une démarche lente et lourde ils s’engagent dans le couloir gris. Des fléchages de différentes couleurs zèbrent le sol. Ils suivent le rouge qui mène vers la surface, vers l’extérieur.
Le silence les entoure.
Adam se remémore le jour où un message s’est inscrit sur le forum du site de cinéma qu’il visitait tous les jours. Eve, l’unique autre survivante du genre humain, est une passionnée de films anciens comme lui. Ils ont décidé d’unir leurs vies. Mais ils sont les derniers et l’humanité s’éteindra avec eux. De toute façon il ne faut pas compter sur eux pour repeupler la Terre quand bien même ils seraient en âge de le faire. Qui voudrait donner la vie dans ce monde ?
Au moment de faire un choix, des hommes de pouvoir avaient décidé que la science viendrait à bout de tous les problèmes. Cette vision de l’avenir les avait amenés à vivre sous des dômes de verre fumé filtrant les ultra-violets.
De gigantesques usines retraitent l’eau et l’air pollués. Ils trouvent leur nourriture dans des « épiceries ». Adam rit. Il a vu dans les archives ce qu’étaient les épiceries d’autrefois : aliments emballés dans des boîtes de couleurs variées, des légumes, de la viande ! Il passe la langue sur ses lèvres. Maintenant il s’agit plus de stations services. On remplit un gobelet d’une mixture appelée PLS : protéine-lipide-sucre. Un verre suffit. Les besoins vitaux sont satisfaits. Mais il faut bien plus à l’humanité pour survivre.
Eve lui touche l’épaule : ils sont arrivés à l’ascenseur. Elle lui sourit et tapote son hublot.
-Encore perdu dans le passé ? Sa voix douce murmure dans ses écouteurs.
-Pas toi ? Il essaye de parler doucement : il sait sa voix rocailleuse. Ils ne parlent plus très souvent maintenant. Mais Eve chante et cet exercice maintient ses cordes vocales en état.
- Non. Je pense à l’avenir. Où sont-ils tous? Nous allons les rejoindre bientôt tu sais. Je le sens. Ce n’est plus qu’une question de jours.
Adam ne répond rien. C’est leur espoir. Retrouver tout le monde dans une autre vie. Mais comme ils n’en sont pas certains, ils occupent leurs journées assidument.

En attendant. (à suivre…)

Chemins de Darwin 5 - Gravure d'A.Chenu

Je continue de parcourir les Chemins de Darwin.
Ici ce sont deux matrices qui ont servi à la réalisation de ce tirage: une lithographie en deux couleurs sur laquelle a été imprimé un carborundum ( celui ayant servi au tirage "Voyage")

Chemins de Darwin 5 - Gravure d'A.Chenu

Naufrage - Gravure d'A.Chenu

A la recherche d'un refuge - Linogravure - A.Chenu
D'un découpage/collage de la linogravure "A la recherche d'un refuge" est né ce " Naufrage".
Mes gravures collent à l'actualité, à moins que ce ne soit l'inverse…

Naufrage - collage linogravure - A.Chenu



Elles rivalisent de beauté! Photos d'A. Chenu

Corolle froissée - Annick Chenu Habit rouge - Annick Chenu Présent et futur - Annick Chenu Epanouissement - Annick Chenu ...

Articles les plus consultés